Par Nathalie, membre du groupe local des Incroyables Comestibles Compiègne

Bonjour les Incroyables !

Alors que la troisième semaine de confinement pointe son nez, ceux parmi nous coincés dans des appartements ou des maisons sans extérieur doivent commencer à ressentir un « mal de terre ». Avec le magnifique printemps qui nous est offert, c’est bien normal !

Semis de cresson et de radis

Semis de cresson et de radis dans des ramequins et pots de récup’

Qu’à cela ne tienne, il n’est pas impossible de jardiner en intérieur, pour peu qu’on ait accès à des graines, à quelques contenants, à de la terre ou du terreau et une vitre bien orientée pour garantir un apport de lumière minimum. S’il vous manque des éléments essentiels, les supermarchés ou des commandes sur internet peuvent compléter votre équipement. Mais avant de faire chauffer la carte bleue, il peut être bon de faire le tour de son logement pour aller à la pêche aux contenants et matériel. Vous seriez peut-être étonnés de voir tout ce que vous avez à disposition pour cultiver : emballages détournés (boîtes de conserve, bocaux en verre, barquettes de plats cuisinés, pots de yaourt, boîtes à œufs), tasses, ramequins, boîtes de conservation, boîtes de rangement type Curver, corbeilles à papier ; nos maisons regorgent de ressources insoupçonnées, et c’est le moment idéal de laisser s’exprimer votre créativité pour faire de votre intérieur un jardin d’éden.

Semis de tomates dans une barquette de lasagnes avec « serre » improvisée

Pour ce qui est des graines et du terreau, peut-être que certaines personnes autour de vous ont des choses à vous fournir : pourquoi ne pas leur poser la question en posant un message dans les parties communes ou via une annonce chez vos commerçants de proximité ?

Vous pourrez trouver toutes sortes d’articles et de tutoriels sur internet pour vous aider dans la démarche, mais voici quelques points à ne pas négliger avec une culture en pot :

  • installez une couche de drainage au fond du pot pour ne pas noyer ses cultures ou faire pourrir ses semis. Du gravier, du sable, des billes d’argile font l’affaire
  • le substrat s’assèche vite, donc arrosez légèrement mais régulièrement.
  • les légumes du soleil aiment la chaleur. Si votre intérieur n’est pas assez chaud, n’hésitez pas à faire une mini-serre et à les mettre près de sources de chaleur pendant la nuit (la ventilation du frigidaire par exemple). N’oubliez pas non plus qu’ils auront besoin de bacs conséquents et de place pour pousser durant l’été.
  • pensez à tourner vos pots régulièrement pour éviter que les semis ne penchent de trop vers la lumière et ne s’étiolent (on dit qu’ils « filent »).

Une plantule d’aubergine pointe son nez

  • après 8 semaines, pensez à apporter des engrais bio (sans excès), surtout dans des petits pots. Les orties et la consoude sont de bonnes alliées pour apporter des nutriments à vos plantes de façon gratuite et naturelle ! Vos déchets peuvent aussi vous servir, comme le marc de café ou les peaux de banane.
  • certaines plantes peuvent nécessiter une pollinisation au pinceau, comme les aubergines, les concombres, les fraises et les cucamelons, sans quoi elle ne fructifieront pas. N’hésitez pas non plus à secouer ou vaporiser les fleurs de tomates et de poivrons ou piments pour favoriser la fécondation.

Astuce : Percez le bouchon d’une bouteille en plastique avec une aiguille préalablement chauffée à la flamme d’un bougie pour confectionner à moindre frais un arrosoir à semis. Sinon, utilisez un vaporisateur de récupération bien nettoyé.

Au-delà de fournir un approvisionnement ultra local en produits frais, ça sera une activité de plus loin des écrans, et la touche de poésie apportée par les plantules qui pointent leur nez chaque matin vaudra tous les efforts investis.

Pour aller plus loin ou tout simplement profiter de ce temps en intérieur pour perfectionner quelques techniques de jardinage, notamment d’intérieur, n’hésitez pas à aller sur les chaînes YouTube de la « Scop Terre Vivante » ou de « Tom le jardinier » dont les vidéos sont à la fois complètes et variées. Ces moments confinés peuvent aussi être l’occasion de tester des recettes de conserves, de chutneys ou des méthodes de conservation traditionnelles en claies ou silos pour apprendre à valoriser ses récoltes.

Les Cols Verts lancent également un MOOC sur l’agriculture urbaine qui démarre le 13 avril : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:LesColsVerts+166001+session01/ about.

Bons semis à tous !