Incroyables-comestibles-Keyhole-garden-Incredible-edible

Appelé également « potager solaire », le Keyhole Garden de permaculture  est révolutionnaire : simple à réaliser, quasiment gratuit et extrêmement productif grâce à sa tour centrale de compostage,  « réacteur biologique » assurant au sol un apport nutritif en continu. On en parle comme d’un véritable « geyser » de protéïnes végétales !

 

 

SES ORIGINES

send_a_cow_mpho_makara_with_keyhole_garden1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La technique potagère du Keyhole Garden a été mise au point et expérimentée au Lésotho par l’ONG « Send a cow » il y a une vingtaine d’années. Entre-temps, l’ONG a permis d’implanter plus de 5000 keyholes sur le continent africain, principalement au Burkina Fasso, au Niger, au Bangladesh.

Alors que 70 % des africains dépendent, aujourd’hui encore, de l’agriculture vivrière pour se nourrir, le Keyhole Garden est une technique particulièrement bien adaptée dans des environnements arides et des terres à la fertilité des sols très réduite par l’érosion. L’idée du Keyhole, c’est de créer un espace nourricier en proximité immédiate de l’habitat.  Pour de nombreuses familles africaines, les « Keyhole Gardens » sont une solution de survie.

 

 

 

 

 

Redécouvert, et promus en France par les Incroyables Comestibles

Quasiment inconnue chez nous, cette technique culturale d’avant-garde a été importée et adaptée par le mouvement citoyen des Incroyables Comestibles. Permettant des cultures intensives sur des espaces réduits, également adapté à l’environnement urbain, les Keyhole peuvent également servir de chantiers participatifs citoyens d’agriculture vivrière de proximité.

Ils sont également le support d’une pédagogie sur la vie des sols, les cycles du vivant, le respect de la terre, et les potentialités offertes par l’agriculture bio-intensive de proximité.

 

 

Pourquoi cette technique de culture est-elle si performante !

Cinq raisons expliquent les rendements exceptionnels du Keyhole Garden !

 

  • Nourrir le sol : en réunissant en un même lieu le jardin et le composte, la tour de compostage installée au milieu du Keyhole permet d’irriguer et de nourrir de façon lente et homogène l’ensemble de l’espace de plantation comme avec un goutte à goutte naturel.

 

  • Respecter le cycle du vivant: construit selon la technique de la lasagne de permaculture, le Keyhole est construit en couches successives disposées comme un substrat forestier disposant de tous les apports nécessaires à la vie naturelle du sol et à la nutrition des plantations et au cycle du vivant.  A la base, du bois en décomposition va agir comme activateur biologique de la structure grâce à l’activité microbienne et champignonnière (mycorisation), rendant la butte auto-fertile.

 

  • Préserver l’inertie de la terre: le muret en pierre préserve l’inertie thermique et hydrique de la structure, favorisant ainsi le rendement du sol.

 

  • Optimiser l’arrosage : les trois cheminées d’humidification (ou « cheminées Morel ») permettent de favoriser le captage naturel de la rosée et de limiter le besoin d’arrosage en favorisant la réserve naturelle d’eau à la base de la structure et la remontée d’humidité (et de nutriments) par capillarité.

 

  • Favoriser l’énergie: la culture circulaire favorise le « captage » de l’énergie cosmo-tellurique.

 

 

 

 

 

Construire le Keyhole :

  • Les dimensions du keyhole, idéalement construit en pierre sèche sans maçonnerie* :
  • diamètre : trois mètres
  • Hauteur du muret
    • à gauche de l’ouverture : entre 60 et 80 cm
    • à droite de l’ouverure : entre 80 cm et 1 m
  • Diamètre de la tour de compostage : 50 à 60 cm.

 

* construction également possible en bois, en briques ou en en plotets  

 

 

  • Mise en place du lasagne de permaculture (l’intérieur du Keyhole)

 

  • A la base, gros rondins de bois en décomposition (ce qui va former l’activateur biologique de la structure, grace à l’activité bactérienne, et le réservoir d’humidité)

 

  • Et ensuite, par strates successives :

 

  • Des branchages pour aérer et encourager les champignons
  • Du fumier pour l’azote ou autre matière organique
  • De la cendre de bois pour le phosphore
  • Du carton (nom imprimé) et des feuilles fraîches pour attirer les lombrics
  • Des tontes de gazons, des tailles de haie
  • De la paille pour aérer et augmenter la matière organique
  • Eventuellement du charbon de bois pilé pour la rétention d’eau et de nutriments terre de profondeur
  • Du compost mûr en surface
  • De la terre végétale pour la surface de surface
  • Une paille pour pailler en surface ou du bois raméal fragmenté (BRF, à l’automne)

 

 

Durée de vie

Une fois en place, la structure de la terre n’est plus touchée pour une période de 5 à 7 ans. Parce qu’il est maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’érosion donc réutilisable à volonté. Il est ainsi possible de cultiver une multitude de différentes variétés de légumes sur un même espace.

 

 Liens : 

Page très documentée sur les différentes techniques de construction de Keyhole sur le site Inspeirationgreen :

http://www.inspirationgreen.com/keyhole-gardens.html